jeudi 26 décembre 2013

I wanna be a Rock Star,,,,

,,,,,Who would'nt.

Tu t'assis confortablement.
Mode relax.
Une dizaine de bonne grandes respirations.
T'inspire lentement et profondément par le nez.
T'expire par la bouche.
Lentement, doucement.
Aussi longtemps, que tu le sens.
Tu te prépare à incarner Chuck Berry.
Ton pote Bruce est là.
Tu vas jouer et chanter dans le concert d'inauguration du Rock and Roll Hall of Fame.
Rien que ça.
L'idée c'est de te faire vivre un rush, un méga rush.
Oublie pas, c'est toi sur le stage.
T'est pas tout seul.
Eux sont tes disciples, tes apôtres.
Des dizaines de milliers de fans, prêts à se liquéfier d'extase, à la moindre note,
au moindre accord.
Quand t'amorce tes immortels pas de danse, seraient prêts à mourir pour toi.
Le pouvoir sur la vie et sur la mort.
Étourdissant, enivrant, brutal.


Yeahhh I wanna be a Rock Star,,,,but then again,,,,Who would'nt.

Yuan Berry

Avertissement !!!
Si à l'écoute de ce clip, t'as pas,,,,
Tappé du pied
ou branlé de la tête
ou chanté
ou lipsinké
ou joué de la air-guitar
ou joué du air-drum
,,,,, bad news pal, you'r Dead !!!

Y.B.

samedi 21 décembre 2013

Les Fêtes, c'est nul,,,,,

Noel

Moi les fetes j'aime pas. Pourquoi, sais pas.


Je sais pas quand j'ai arrêté d'aimer Noël.
Parce que déjà j'aimais ça, quand j'étais kid,
comme tout les kids quoi.


Noël ça me fout les boules, dans la gorge surtout.

Novembre a pas fini de tourner l'oeil que tout devient rouge, vert, ruban doré, que d'écarlates barbus
bedonnants se bidonnent d'un bonheur débonnaire, déboutonnant  besace bourrée de bidules, de bébelles et babioles bigarrées.

Là faut que j'me watche, je sens que ce billet pourrait dégénérer en évangile et je combats de toutes mes forces ma fibre évangélique

Par contre le collossal Grinch que je suis, inexorablement en train de devenir sais bien que y en a pour qui
cette période de festivité a encore un sens, grand bien t'en fasse si t'en est.

Trompe toi pas y a des trucs que j'aime bien dans tout ça, le contact humain par exemple, la sollenelle émotion de demander la bénédiction paternelle.( à vivre au moins une fois dans sa vie)

Les voeux de fin d'année, bin sûr les ptits becs qui viennent avec, les poignées de mains, les viriles, les mollasses, les desespérées, c'est fou toute l'info qui passe par une simple poignée de main, le respect et l'indifférence en dix doigts, sans honneur, deux paumes, deux coeurs.

En fait, retire les Églises, celle de Rome et celle de Wall-Street, de l'affaire et tu te retrouve avec un pas pire prétexte pour avoir du fun en famille.

                               
                                  La chapelle Sixtine à Rome, voeux de pauvreté.

           
                                La bourse de New York, espoir de richesse.

Un tit bébé dans une crèche, c'est attendrissant, le même type quatre mois plus tard ( 33 ans ??? le temps passe vite quand on s'amuse ) se retrouve cloué sur une croix, c'est déroutant, déstabilisant, mais ça a le mérite de faire réfléchir a ce qu'il avait à dire le mec.

"Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté"
"Ne fait pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse"
"Tu ne tueras point"
"Respecte ceux qui t'ont donné la vie, prend soin de leur vieux jours, accompagne les vers leur fin"

Osti les beaux statuts facebook, suivi du traditionnel ; "Osera tu partager, moué chu hot, j'ai mis ça sur mon mur loll XD"

Une ligne de plus, je perdais le contrôle.

Donc pour la saison, je veux te souhaiter,,,,
-de respirer par le nez, dehors, dans la neige de préférence.
-de prendre quelqu'un que tu aimes dans tes bras et lui dire, je t'aime.
-de t'abreuver de la sagesse des ainés, si tu as la chance de les avoir encore dans ta vie.
-de tendre la main aux moins chanceux qu'on ne manque pas de croiser à chaque jours.
-plein de bizoux, plein de tchin-tchin, de chansons à répondre, de sets carrés, de chaleur humaine.
-La Sérénité, le Courage, la Sagesse.


Tu vois, quand j'ai commencé ce billet, je voulais juss te dire que j'haïssais le temps des fêtes, pis finalement au fil des mots,,,,,,,bon bin OK d'abord,,,,,, Joyeux Noël kôlisse  XD

Yuan

P.S. Loll

vendredi 1 novembre 2013

On va toute se neyer,,,,***

T'sais, y a encore des coins de notre beau Kébek qui sont pas encore couverts par la radio, du moins pas par une radio digne de ce nom.

Pour moi, quelques heures de route en mazda, ça s'asaisonne pas de matanteries et/ou d'humoristeries sur le déclin, et même passé le déclin.

Donc, récemment, courtes mais appréciées vacances, route et Ipod, une toune que j'avais oubliée.

Tu serais surpris de tout ce qu'on retrouve sur cet petite machine.




Bass, drum, guitar est au Rock ce que steak, blé d'inde, patates est à la gastronomie Québecoise.

As tu spotté le gars avec le chandail des nordiques ???

Yuan

***noyer, régionalisme Yuanesque.

dimanche 25 août 2013

Et là je passe le crachoir à (roulement de tambour),,,,,,Marjo

Sérieux moi je vois de la graine de blogueuse là.

Bonjour Yuan,

Comme tu peux le voir sur les  photos, l'autre soir - après souper -  j'allais cahin-caha (bon peut-être pas cahin-caha, mais je trouve ces mots jolis et rarement employés) pour cueillir des bleuets et que vois-je à l'endroit où je les cueille, ordinairement ? Deux chevreuils voleurs de bleuets. Tu penses bien qu'ils bouffent les plus gros ; pas fous ces  cervidés ! Ils doivent penser qu'ils viennent du Lac St-Jean et non de Saint-Zénon. Il est permis de rêver même pour les chevreuils, non ?

 En me voyant avancer caméra à la main (je la prends toujours avec moi, car mon bucolique village est presque un jardin zoologique ; chevreuils, ours et autres voleurs de petits fruits)  ça ne les a pas dérangé et ils ont continué à déguster ces petits fruits bleus. Tu peux voir sur la deuxième photo que ma présence ne les a pas effarouchés et ils me regardaient comme si c'était moi l'intruse dans leur environnement.

Donc, tout ce qui reste de mes jadis gros bleuets, c'est ce que tu peux voir sur les deux dernières photos. Ils sont bien bons et sucrés - est-ce dû à toute la pluie de juillet, no sé ! Ils étaient plus gros avant que je ne les photographie, je te jure sur la tête de ces chevreuils.

Prochaines photos : la famille ours (non, je ne suis pas Boucle d'Or, tout le contraire ; je suis plutôt Boucle brune) donc, prochaines photos papa ours, maman ours et bébé ours (in your dream.)

Bonne fin de semaine à toi Yuan et merci de tes billets plein d'humour et souvent de poésie.

Marjo





Marjo

(Via Yuan)

P.S. mis à part une toute petite correction grammaticale, je n'ai rien changé, pas une virgule, même pas l'ordre des photos.

mercredi 21 août 2013

Cou don, ch'tu mort moué là ???

Tel que promis à Michèle chuis allé checker au chalet famillial la situation beluetwise.

Cé t'y la chaleur ? Cé t'y l'incessante flotte qu'on a connu cet été ?

Résultat, rareté et chétiveté de la baie bleue, comme en témoigne ces quelques clichés.



Tellement peu inspirant que je n'ai même pas oser y gôuter, c'est dire.

Bon c'est dit ça.

Maintenant c'est quoi ce putain de titre ???

En chemin vers les contrées embleuettées j'ai du passer ici, le tunnel, la lumière,,,,,d'jou got it ???

                                   video

Yuan
                         
p.s. L'audio, Rad Can, P.M. avec Patrick Masbourian, bin oui en mazda c'est toujours le première chaîne (ici) ???

dimanche 4 août 2013

Je sors du placard,,,,,

(Pré-scriptum : billet résolument atypique, des liens, des audios, de la lecture, des citations, des opinions, du sérieux, pas de photos, (presque) pas de cabotinage, on a kidnappé mon Yuan.)

Es-tu bien assis, je vais te faire des révélations qui vont te renverser.
1) Je suis hétérosexuel.
2) J'aime les femmes.
Tu es entrain de te dire;"Il se répète le Yuan".

Pas du tout.
Il serait vain d'épiloguer sur la citation no 1, me semble que ça laisse peu de place au doute, je suis un homme, les échanges charnels que j'ai, que j'ai eu et que j'aurai sont, ont été et serons avec des femmes.

Hier, je suis à quelque 100 kilomètres de chez moi, en sortant du Canayen Tailleur je croise une jeune fille, on se connait, j'ai envie de dire "de vue" car elle bossait dans un resto tout près de ma shoppe avant de déménager à St-Armand-de-Zampus.

C'est elle qui m'a reconnu, on échange des banalités, on est bien contents de se revoir, que tout aille bien pour elle et pour moi, et comme je l'ai toujours connu souriante, enjouée, sûre d'elle même, je lui tourne un compliment subtilement saupoudré d'un petit twist salé, 20% salé, pas plus, je le jure.
Elle en rigolle de bon coeur, "Vous avez pas changé vous, toujours le petit mot gentil", bécôt sur la joue, bye là.

Voilà pourquoi je dis que j'aime les femmes, elles illuminent mes jours, elles me confortent, me réchauffent le coeur, du moins la plupart d'entre elles.

Quelques précisions s'imposent.
Je suis son ainé par un solide 35 ans, environ.
Elle est vêtue très sobrement, casual je dirais.
Elle prend soin d'elle, ce qui lui fait un physique d'enfer.

**Avertissement: l'expression "physique d'enfer" est la plus vulgaire, la plus offensante, la plus dégradante que tu liras dans ce billet.

Je regagne la Mazda, en souriant.

Je lance le moteur, la radio est en marche sur rad-can, et là, j'apprend avec stupeur que je serais un vieux cochon libidineux, dégoutant, dominateur, harcelleur, violeur en devenir, j'en passe et des pires.

Mais comment diable cette madame Lussier, dans un studio de radio situé à des centaines de kilomètres, à pu percevoir que j'ai eu, l'espace de deux secondes, une pensée pas très catholique en regardant s'éloigner cette jeune fille ?

Sidéré, j'en suis complètement sidéré.

Un hasard ? J'en doute fort, elle me parle, à moi, dans la radio, elle me dit qu'elle ne porteras plus sa petite robe blanche à cause de satyres dans mon genre, elle me dit qu'elle n'a pas envie de se faire complimenter aujourd'hui, demain peut-être, mais pas aujourd'hui, et encore pas n'importe comment, pas par n'importe qui, les roux, les gros, les vieux, les ouvriers, les mécaniciens, s'abstenir.

S'abstenir ouain, mais ne pas perdre espoir car un jour, peut-être ça lui tenteras qui sait de "débarrer" les vieux, le lendemain ceux qui doivent se salir les mains au travail, le jour suivant, les chauffeurs de camion, un autre jour encore, les obèses.

Faut pas se décourager, notre tour viendra

Donc, si je résume, si on voit au loin une jolie femme, et qu'on a envie d'être gentil en lui lançant un sourire, un hello sonore, une oeillade transversalle on doit d'abord s'assurer que la dite est dans la bonne disposition,
En somme on n'a qu'à deviner le mood de la dame, ou encore si on est sur la liste rose, ce jour là.

Autre subtilité, parait-il qu'elle n'a pas toujours envie de recevoir un compliment, encore une fois notre capacité divinatoire devra être mis à contribution, mais peut-être que demain,,,

Une sérieuse introspection est également de mises pour nous les hommes, je dois me demander, avant d'oser une gentillesse, pourquoi je ferais ça ? Quelle est cette pulsion malsaine ? Est-ce mon animalité profonde qui cherche à s'exprimer ? Suis-je mystérieusement envoûté par un machisme sournois ?

Entre hommes on se dit souvent que c'est dont compliqué les femmes, jamais on ne se serait douté que ça pouvait aller loin de même.

Mme Lussier parle de dictat des hommes dans les choix vestimentaire, je sais je sais, il faut pas généraliser mais écouter bien l'entrevue, y a pas de nuance dans les propos de Mme Lussier, elle mentionne bel et bien les hommes, sans l'ombre d'une nuance, sans compter ses soupirs biens sentis aussitôt que quiconque ose émettre une opinion qui lui annonce une ombre d'opposition, même à la radio on voit clairement le geste, le balayage du revers de la main, le dédain, a travers les speakers coule sur le tapis.

Tout serait tellement plus simple si nous, les hommes, nous contentions de fixer le sol silencieusement, respectueusement, humblement, comme les charmants enfants de choeur des années 40/50, comme conçus à la chaîne, standardisés, moulés, moutonnés, façonnés selon les désirs de quelques intellectuelles éclairées.

Fidèle lecteur, fidèle lectrice, heureusement dans mon cas, tu n'as rien à craindre, continue d'être belle, continue de porter des fringues qui te font du bien, qui te boostent la confiance, continue de sourire, continue d'être femme, épanouie, évoluée, vibrante parce que de mon côté sourires, oeillades et complicitées  feront toujours partie de mon essence car, du cochon j'ai gardé la tête.

L'entretien ici.

Le billet, les commentaires sont très intéressants.
http://urbania.ca/blog/4197/la-robe-que-je-ne-porte-plus-pour-une-raison-x

Décidément Judith Lussier ne manque pas de tribunes.
Mme Lussier au 98,5 FM

Dire que cette histoire a enflammé la toile est un euphémisme.
Le blogueur Tchendoh en traite, d'ailleurs dans son billet il se décrit un peu face aux interactions sociales. Je me permet de souligner quelques points que nous avons en commun.


-Ce qui m’énerve, c’est que je trouve qu’on va très loin dans les récents textes qui dénoncent le harcèlement de rue. 
-je trouve de moins en moins évidente l’importante ligne qui me sépare de ces hommes violeurs ou agresseurs ou harceleurs dont on parle dans ces articles.
-Je veux aussi préciser que je suis à 100% pour l’égalité homme-femme et tout ce qu’il y a plus de plus moderne en terme d’égalité. 
-JAMAIS je ne chercherais à défendre ces gars-là. Je ne me reconnais pas dans le comportement de ces gars-là et je les considère au minimum caves et tout dépendant de leurs actions, mon jugement s’escalade jusqu’à maniaque dangereux.
-on est de plus en plus rapide sur ce qui est considéré comme du harcèlement sexuel.
-je n’ai jamais sifflé une fille que je ne connais pas sur la rue de toute ma vie.
-Ce que je dis et que j’essaie de dénoncer, c’est que de considérer tous les hommes qui matent des filles comme des violeurs, c’est rendu un peu too much et sincèrement, c’est offensant. 
-Et même si je comprends que les filles vivent des situations horribles que je ne peux même pas m’imaginer, je ne pense pas que généraliser sur les hommes aidera en quoi que ce soit la situation.

Le billet de Tchendoh

Ne manque pas de lire tous les commentaires.

Yuan


vendredi 26 juillet 2013

Sagesse !!!

Un garçonnet rencontre un très vieux monsieur.


Le petit demande au vieil homme ;

"Tu es très vieux ?"

"Je peut dire que oui, je suis très vieux." répond l'homme.

"Parle moi de la vie alors, la tienne elle est longue déjà."

Trouvant la demande singulière, le vieux prit un long moment de réflexion.

Il ne voulait pas décevoir le petit.



"Quand ta vie commence, comme toi, tu as devant toi deux grands bols, dans l'un tu mettras tes rêves, dans l'autre, tes déceptions."

"Ils doivent être pas mal pleins, tes bols à toi ?"

"Pas mal pleins oui."

"Lequel est le plus plein ?"

Le vieux lui répondit ; "Je ne peux pas te le dire, je n'ai pas fini de rêver."





Yuan

jeudi 11 juillet 2013

The Good, the Bad, and the Ugly,,,,,


Long, long, long silence.

Pas que j'ai rien à dire, au contraire, ça bouillonne, seulement je manque de temps.
Hyper occupé au turbin, et aussi lors de mes rares moments relax, si y s'adonne à faire beau, y a rien qui pourrait me garder enchainé à un ordi.

Donc on va abréger, synthétiser.

J'te propose in tit palmarès.

Les goods,,,,,

-L'été, y manque juss l'été mais je sens que ça va venir.
Les ttits wazzo sentent le febrizze, les fleurs sauvages gazouillent, les jupes des tites
des madames  racourcissent, on voit des crocs, des camisoles a crampons des running chouzze fluo, des dents, des blanches, de jaunes, des raportées, des partielles sua table entre le cendrier pis la King Can de Mol, ça sent le relax a plein poumons, les terrasses font toute leur impossible pour nous garder dehors le plus tard possible,  les waizins se sourissent, s'entrinvitent pour une brou, un barbeukiou, une game de Clue, la pelouse manque de mémoire, se force à pousser, pousser, pis pousser encore, sérieux là, la vie d'une pelouse, ca srait pas un genre de suicide a répétition ? Comme un deuxième mariage, un cruel manque de mémoire, annonçant un Alzeimer précoce ?

-Charbonneau.
On sait tous et depuis longtemps qu'on se fait sodomiser aller retour dans le domaine des grands travaux,
Stade Olympique, ponts et chaussées, routes, viaducs, échangeur Turmachin
Pourquoi dans les goods d'abbord ?
Parce que c'est un premier pas.
Parviendrons nous à briser le moule ? À punir les rats qui nous volent depuis des décennies ?
Entéka y faut commencer kekpart.
Dans ma boule de cristal je vois beaucoup,  beaucoup,beaucoup de (mes,tes,nos) beaux dollars pour les avocats.

-Edward Snowden.
Pour les cojones du mec.
Bien sur les USA drappé dans son patriot act vont envahir la planète médiatique pour nous seriner que bla, blah, blah, *security* bla, bla, bla America* bla, bla,bla Liberty*bla,bla, bla the troops*bla, bla, bla terrorists*bla, bla, bla al kaïda*blah, blah,blah.
Phoque man, tu dis que tu le fais pas, pis là tu te fais pogner à le faire, le bad guy ici c'est pas lui, cé toué estie, assume, pendant que tu pourchasse Snowden, un civil, à travers la planète, quand est-ce-que tu vas t'expliquer sur ske tu jurais ne pas faire pis que tu faisais quand même ? Vas tu nous dire qu'il cachait des armes de destruction massives dans son quatre et demi ?
Lesson,,,,,, you don't want to pisss of the Great Grand Crocodile in Chief, you beeing right or wrong.
Bon la CIA va débarquer à mon shack.

Les bads:

Là y en a du stock,,,,,

-La circulation à MTL.

-Les Coyottes de ,,,,,euhhh Kébek  euhhh , Glendale euhhh, finalement Phoénix.(P.K.P., Labeaume, mes 400M$ ouache, good move M.Charest, good phoquing  move).
Ça se pourrait-t-y que le CH de MTL, qui, avouons le, doit doit bin avoir un ombrage d'influence sur la NHL (la langue anglaise n'est pas un hasard), se sentirait in tit brin dépeigné de voir s'installer à deux heures de route, une organisation suceptible de l'humilier sur la glace? Après tout sur 30 équipes, 24/25 en sont capables.
Bon les fefans purs et durs vont s'amener chez moi.

-Obama, ça me fait mal mais je suis obliger de le classer dans les bads, grosse déception, mais encore là, tu fais pas ce que tu veux, l'opposition est puissante, démagogique à souhait et parfois, souvent féroce.
Chais pas toi, mais moi je trouve que huit ans c'est court pour se justifier, je verrais bin 2 fois 5 ans ou, encore mieux 3 fois quatre ans, mais à 2 fois 5 tu sauverais du fric, à songer.

-Si javais pas un Ugly d'une telle ampleur, c'est là que j aurais envoyé ça,,,,,,


-Tsé essaye dentendre la voix d une fillette de mettons 6 ans; tsé la le train ek du gaz dedans la tsé comme beaucoup beaucoup wagons de gaz, bin, bin y ont dit que sts cause keul bréke a bras marchait pas lbréke a bras, dhabtude ca marche toutltemp le bréke a bras, y on du aublier del tch`ecker, cé dvaleur pour cte ptite ville la,,,,le bréke a bras y marchais pas,,,,y aurait du le checker, papa lui y dit toujours à maman, aublie pas le bréke à bras, c't'important le bréke à bras.(Paragraphe rédigé y a keke jours, si y a eu des développement, me tente pas de faire des mises à jour, à part ça je l'aime bien la ptite fille de 6 ans)

Les, en fait le Ugly,,,,,
-Vraiment ici on pourrait dire Sooper, Hyper, Dooper UGLY, toutes catégories
un seul nom, toutes les jokes faciles ont été faites, je vais donc m'abstenir de développer.
Alexandre (OMG bad timing) Duplessis

*Catégorie à part, ç'ty bon ? ç'ty bad ? chais pas,,,,,

La "grève/fin de la grève/loi spéciale" dans la construction, ça sent drôle ce machin là, j'ai l'impression que c'est pas tous les travailleurs qui feelaient pour arrêter le boulot à ce moment là, surtout que la fameuse "sensibilisation" ressemblait vraiment à autre chose, à kekchose comme de l'intimidation.
Vrai que si on parle de sensibilisation, un black eye pis une fracture du fémur, ¸ca reste sensible longtemps.
Bon là c'est la CSN/FTQ qui va débarquer che nous,,,,,,,

Bon bin spa toute ¸ca, jvas aller passer le balais, j'attend d'la visite.

Ciao,,,,

Yuan


lundi 27 mai 2013

Rockers vs The Cleancut Brothers !!!

Connais-tu une tounne qui à  été composée par Robert Zimmerman et interprètée par;   Dave Matthews, U2, Neil Young, Grateful Dead, Pearl Jam, Chris de Burg, Richie Havens, Jeff Healey, Bruce Springsteen, Van Morrison, Supertramp, Francis Cabrel(dans une horrible traduction),et magistralement par Jimi Hendrix ?

Probablement, sûrement même que ta réponse est oui.

Écoutons ensemble une étonnante version.


Yuan

mercredi 1 mai 2013

Ne dites pas à ma mère que je suis politicien, elle me croit pianiste dans un bordel.

J'ai déjà raconté ça.

Dans les moments les plus intenses que j'ai vécu, il y eut celui-ci.

Après une petite présentation au noce d'or de mes parents, mon père me saisit par l'épaule,
me regarde dans les yeux, me dit ces simples mots, "Ouain mon gars, tu fais bin ça ".

Te dire.
Je sais pas si je pourrais.
Te dire.
S'qui s'est passé dans ma tête.
S'qui s'est passé dans mon coeur.
S'qui s'est passé dans mes tripes.
Je veux même pas essayer de le verbaliser.
J'ai besoin de préserver la pureté de ce souvenir, la magie, la félicité,
les couleurs, les sons, l'intégrité du moment, la limpidité.
Ce moment m'habite, m'incarne.
Et me guide.
Je voudrais tellement pas le décevoir, le tromper, tricher sa mémoire.
Je saurai jamais lequel de nous deux était le plus heureux ce soir là.
Il était entouré des siens, de sa compagne d'un demi siècle, ses enfants, petits enfants, ses frères et soeurs,
beaucoup de ses amis.
Ses yeux brillaient, son sourire ne semblait pas vouloir le quiter, il riait beaucoup.
C'est sûr qu'il était heureux.
Heureux de même, t'es incapable de pas partager ce bonheur.
T'es incapable de mentir à ton fils.

Je suis sûr qu'il ne m'a jamais menti, ohhh peut-être sur des trucs comme le Père Noël ou la fée des dents,
pour ne pas briser le charme, pour étirer l'innocence.

Dans une vie, tu en rencontre des tempêtes, des emmerdes, des noeuds.
Tu en croise des pourris(es), des malveillants, des profiteurs, en un mot, des crosseurs.

Comment tu vas dealer avec ça, ça dépend souvent de comment t'as été préparé à la vie.
Quand ces choses là se présentent à moi, je fais face, du mieux que je peux.
Je peux jouer dur si on m'y oblige, j'aime pas, mais je peux.


Devant l'inévitable adversité, on dirait que se tient sur mon épaule, un petit chérubin, qui me chuchotte à l'oreille,,,,,,, oublie pas, ton père doit être fier de toi, comme ce jour là.





Un autre moment que j'oublierai jamais, celui ou tu dois dire, pour la dernière fois, salut p'pa.
Avant de partir pour de bon, pour les dernières semaines de sa vie, son disque dur s'était vidé, la machine a déraillé, les épisodes ont perdu la chronologie.
Un jour j'étais son fils, le lendemain son frère, le lendemain encore, un inconnu.






J'ai passé ces derniers moments avec lui, scrutant son regard, à l'affût de ces rares et courts moments
de presque lucidité.





J'y ai vu l'amour, l'amour de sa femme, l'amour de sa famille, l'amour du travail, de la vie.
J'y cherchais la fierté.
Égoïstement j'espère que ce moment là, il l'a amené avec lui pour toujours, au delà de la vie.
Salut p'pa

Yuan





vendredi 5 avril 2013

Y z'appelle ça un médicament,,,brrrrr,,,,,


J'écoute distraitement la téloche en faisant autre chose.
Y passent un commercial sur un produit pour vaincre une  forme d'insomnie, rien de bien excitant.
Le mec se met à débiter les effets secondaires possibles.
Ça s'étire, ça s'allonge, ça s'éternise, assez pour capter mon attention.
Je note le nom et boum, google,,,,,
Et là voilà ce que j'apprend,,,,,,   

Intermezzo® (zolpidem tartrate) is contraindicated in patients with known hypersensitivity to zolpidem. Observed reactions with zolpidem include anaphylaxis and angioedema.
Co-administration with Intermezzo and other CNS depressants increases the risk of CNS depression. Intermezzo should not be taken with alcohol. The use of Intermezzo with other sedative-hypnotics (including other zolpidem products) at bedtime or the middle of the night is not recommended.
The risk of next-day driving impairment (and psychomotor impairment) is increased if Intermezzo is taken with less than 4 hours of bedtime remaining; if higher than recommended dose is taken; if co-administered with other CNS depressants; or co-administered with other drugs that increase the blood levels of zolpidem. A small negative effect on SDLP (standard deviation of lateral position, a measure of driving impairment) may remain in some patients 4 hours after taking Intermezzo, such that a potential negative effect on driving cannot be completely excluded.
The failure of insomnia to remit after 7 to 10 days of treatment may indicate the presence of a primary psychiatric and/or medical illness that should be evaluated.
Cases of angioedema involving the tongue, glottis, or larynx have been reported in patients after taking the first or subsequent doses of zolpidem. Some patients have had additional symptoms such as dyspnea, throat closing, or nausea and vomiting that suggest anaphylaxis. Some patients have required medical therapy in the emergency department. Angioedema, and additional symptoms suggesting anaphylaxis, may occur in patients taking zolpidem and may be fatal. Patients who develop angioedema or anaphylaxis should not be rechallenged.
Abnormal thinking and behavior changes have been reported in patients treated with a sedative-hypnotic including zolpidem. Complex behaviors, including driving or eating while not fully awake, with amnesia for the event, as well as visual and auditory hallucinations and abnormal behaviors such as decreased inhibition, bizarre behavior, agitation, and depersonalization may occur. Although behaviors such as “sleep-driving” have occurred with zolpidem alone at therapeutic doses, the co-administration of zolpidem with alcohol and other CNS depressants increases the risk of such behaviors, as does the use of zolpidem at doses exceeding the maximum recommended dose. Discontinuation of Intermezzo should be strongly considered for patients reporting a “sleep-driving” episode.

In primarily depressed patients, worsening of depression, including suicidal thoughts and ACTIONS (including completed suicides) have been reported with the use of sedative-hypnotics. Intentional overdosage is more common in this group of patients; therefore, protective measures may be required and prescribe the least amount of Intermezzo that is feasible.
Because persons with a history of addiction to or abuse of drugs or alcohol are at increased risk for misuse, abuse, and addiction of zolpidem, they should be monitored carefully when receiving Intermezzo. Zolpidem tartrate is a Schedule IV controlled substance. Post-marketing reports of abuse, dependence, and withdrawal resulting from use of oral zolpidem tartrate have been received. Zolpidem has produced withdrawal signs and symptoms following a rapid dose decrease or abrupt discontinuation.
The most commonly observed adverse reactions (>1%) were headache (Intermezzo 3%, placebo 1%), nausea (1% for both patient groups), and fatigue (Intermezzo 1%, placebo 0%).
Please read the Full Prescribing Information.
To report SUSPECTED ADVERSE REACTIONS, contact Purdue Pharma L.P. at 1-888-726-7535 or FDA at 1-800-FDA-1088 orwww.fda.gov/Safety/MedWatch.

jeudi 28 mars 2013

Sequel number two,,,,(rare)

T'aime ça le vintage ???
M'as t'en donner moué, du vintage.

Tout début des années soixante, mon frère et ma soeur, de quelques années mes ainés, reçurent pour Noël un cadeau en commun.

Un Pick-up.

Pas un ,,,,,,

                                                                               Un,,,,,,



Pis on écoutait quoi la dessus ???

Facile, on écoutait ce que ma soeur avait choisi,,,,,

                                           


How bout that for vintage.

Yuan

mercredi 27 mars 2013

Juss pour Petite Libellule,,,,,

Du Roxette!! Ça ce fut une des premières cassettes que j'ai achetées. J'me sens vieille tout à coup... :).

C'est ça que la Libellule me répond sur un commentaire que je fis chez elle.

Là je me mets à chercher une réponse courte et adéquate,,,,,,,,hmmmm

Bin peur que c'est pas possible, pas courte en tout cas.

Si Roxette sur cassette confirme ta (mi)trentenarité, mes vinyles trahissent mes cinquante huit balais.

Le tout premier 45 tours acheté avec mon fric, band de garage, slow collé.






Tu peux pas aimer la musique dans les sixties et ne pas avoir au moins une toune de:



Pis enfin j'ai asssez de budget pour un Long Jeu, 5,99$ yesss.

Audio please,,,,



Merci à Libellule pour l'inspiration
http://luniversdepetitelibellule.blogspot.ca/2013/03/jaime.html

Yuan

P.S. petit quizz, kess ki kloche avec cette photo ???


hein,,,,,,,,,,,

jeudi 7 mars 2013

À quoi cha sert cha un ça ???

Saut du lit plutôt baboune.


     

Pkoi ???

Le courrier.

Revenu Québec

Oh c'est pas un truc de fric, la dessus ça baigne.




Probablement une foutue virgule mal barrée, un "7" confondu avec un "1", un pousseux de crayon à côté de ses pompes, une formule à la formulation informelle ?

Don't know, wouldn't care, but should care.

Un principe, les tâches nauséabondes, les gastro-entériques tout comme les administratives, j'expédie ça le matin, ça allège.

Formules, numéros d'identifications, codes d'accès, la lettre, résultats de recherche antérieures en mode imprimé, doublé du mode enregistré, incontournable colombien, corsé et fruité et pas mal tassé.

Triple dose de patience baptisé à la zénitude, ton objectif mon Yuan, closer le deal d'un seul coup de fil, ambitieux mais réalisable.(Quand l'enjeu est important, j'ai tendance à m'auto coacher.)

Question de libérer mes dix doigts et mes deux pouces, je décide de skyper avec le portable et d'ouvrir
machinzinutileszéautresfonctionarités@.gouv.qc.ca avec l'ordi maison.
Ouais je fais ça de la maison, question tranquilité, pis le café est de très très loin meilleur.

Action.

Chateaux forts habituels, boites vocales, guides menu, faites le ci, faites le ça, pour finir ki z'ont rien de spécifique à ton cas, faque fais donc le zéro mon Gérard.

Tite madame bin bin accomodante, après m'avoir inviter à ouvrir jenaitudekoiacirer@.gouv.qc.ca  me suit religieusement dans mon baratin, me fait répéter, une fois, deux fois, trois fois, so far, pas de surprises, je dois copieusement gaver mon oie si je veux qu'elle m'accorde sa foie.(Relis ça pis pense-z-y comme y faut, in bonne en kriss.)

On trouve un truc, good, good, good, on progresse, on chemine, j'ai presque confiance qu'on va y arriver.

Tite madame m'avise qu'elle doit consulter mon dossier et que je vais être sur attente quelques minutes.

Vu que je suis full bluetooth, j'me dis que j'ai le temps de me faire un, oh combien mérité, café.

Côté café, je suis comme les AA, une tasse à la fois.

Je connais pas les compositeurs classiques, et ce que j'entend dans mes oreilles m'en enlève radicalement le goût.

Coup d'oeil à la fenêtre, fait beau, je m'étire un brin, me dégourdi, prend une gorgée, et m'enligne vers les ordis,,,,,,,,mais là,,,,,,, sur mon lazy boy,,,,,,,



J'aurais pourtant juré ky à pas deux minutes c'te bête là courait à plein gaz sur les murs.

De toute façon, il m'a arraché mon premier sourire de la journée.

Thank you mon gros minou.

Yuan












jeudi 28 février 2013

Pouelle story,,,

A in moment donné tous les mecs se sont retrouvés devant son mirroir, accoté sur ses paumes, donc paumés, l'oeil vide, livide, à se dire ; "Stie qu'chu tanné dem razer."

Machinale ablutions matinale s'il en est, condamnation à vie.

À moins,,,,, à moins que.
À moins que j'la laisse pousser la krisse.

Ouain, se laisser pousser la barbe, ça a l'air simple de même, mais c'est une opération qui nécessite un minimum de planning.

Il faut d'abord savoir, à la limite découvrir le matériau.

C'est pas tous les gars qui peuvent craquer une allumette sur leur menton quatre heures après le rasage.

La nature distribue ses attributs parfois de cruelle façon.
Je me souviens d'une certaine Ginette lors d'une passionnante soirée de bouteille ou je découvris non sans stupeur qu'elle avait plus de poils au menton et sous le nez que moi-même, cré moué ça met du french dans un french-kiss.
Pas étonnant qu'on joue à la bouteille dans une remise neuf fois sur dix mal éclairée.
Cruelle façon, oui c'est ça, j'ai bien dit cruelle.

Ado, tu peux pas faire autrement que d'associer la pilosité à la virilité, ado, bien sûr t'es insécure, tu crois toutes les balivernes que t'entend, le plus souvent des in tit peu plus vieux.

Une fois que tu es devenu toi même un " in tit peu plus vieux" tu perpétue parce que t'as compris, t'as compris comme tous les animaux mâles de la création que t'a besoin pour assurer la  pérennité d'affirmer ta dominance sur (ce que tu crois être légitimement) ton cheptel en éloignant les rivaux.

Cette ridicule et facétieuse mascarade prend les formes les plus diverses; grosses bagnoles clinquantes, bruyantes, rutilantes, accoutrements douchebaguestes (quel joli mot, bravo mon Yuan), dessins, que dis-je sculptures capilaires tonitruants, et bien sûr tonsure de barbe inqualifiablement grotesques.

Tu me cré pas ???

Tchèque bin ça,,,,





















Sympatique, n'est-il pas ?




Le véritable problème quand tu te cherche un style, une image c'est que t'es véritablement seul face à ta gueule, et en plus le droit à l'erreur eh bin tu y a pas droit, à l'erreur simplement parce que ta face, bin tu peux pas la cacher, elle est là pour tout le monde, un inoportun coup de ciseau dans un toupet, t'en a pour des semaines à avoir l'air de ce que tu veux pas avoir l'air.


Je peux aisément imaginer trois ou quatre jeunes filles attablées à une cafétéria de polyvalente discutant maquillage, coiffure, accessoires, souliers, foulards.

Mais que dire de deux mecs, 14/15/16/17 ans échangeant, dans un sombre corridor, à l'abri des oreillades indiscrètes, sur l'ultime tabou de l'adolescence, le pouelle au nez, et son cousin, le pouelle au menton.

-Stie man, ma moustache est pas égale, 17 poils à gauche, pis yienque 13 à droite.
-As-tu essayé de respirer par la narine droite, sais jamais, l'oxygène.
-Ou j'pourrais genre, m'en arracher 3 à gauche, j'tomberais égal.
-Faudrait que t'arrête de foxer tes cours de math, man, sérieux.
-Hein, poukoi?
-Tes cours de français itou.
-Ouatte ever,,,,
-Stu weird, moi ça pousse sur les joues pis pas sul menton.
-Ton père, y en a tu lui dla barbe.
-Sais pas y sla rase.
-Stie qu'j'ai hate d'être vieux, genre 28 ans.
-Ouain 28 ans fini les boutons, wellcome moustache et barbe.
-J'la raserai jamais, m'as marcher dessus côliss.
-Ouain, m'as faire des tresses dedans.

Bon là c'est sûr ce qui précède c'était une fabulation.

Néanmoins, ton Yuan a dû être patient avant de ressembler aux ZZTops, et, je l'avoue, ça a ombragé mon parcours vers la maturité, physique du moins.

Aujourd'hui ?

Je fais partie du culte qui a pour mantra;  "Stie qu'chu tanné dem razer."

Pour un post qui parle d'apparence, ça manque de visuel, tu trouve pas.

Message reçu.





D'abord, de quoi j'ai l'air, ces jours-ci.  

Voilà.

Sous le nez ???     Pas capable, ça me fait l'effet rhume de cerveau 24/7 (twenty four/seven).

Petit balais sous la lèvre inférieure.

70% sel, 35% poivre.








Now, quelques exemples de look qui faudrait que tu me paye beaucoup, beaucoup d'argent pour que j'adopte.










Quand tu te mets à chercher sut la toile des styles de barbes ou "facial hair"(surtout oublie pas le "hair", tu pourrais avoir des surprises), on te propose des tableaux sur lesquels tu vas trouver un style surnommé le "Zappa".
Sache que ça fait pas bien à tout le monde, en fait ça ne fait bien qu'au grand Frank Zappa.

Besoin de présentations ???

Mes dents et mes yeux,,,,,Frank Zappa


Yuan












mardi 12 février 2013

Coucou c'est moué,,,,,

Putaing de merde, un mois sans bloyer, qu'est-ce qui m'arrive ?

Le turbin, le boulot, la job, l'esclavage quoi.

Sur la planche, un billet sur le pouelle.

Pour te faire patienter, une histoire d'amour éternelle.

On Saint-Valentine ou on  Saint-Valentine pas.



Yuan

P.S. Pour le reste, je pête le feu, la grande, grande forme, j'me fais peur tant ça roule.

mercredi 9 janvier 2013

Moi bipolaire, pfffff,,,,,,,

Ce soir 19h., mini meeting éclair a la shop.
Tout de même un peu inquiet, la situation se retourne 200% en ma faveur.
Plaisant imprévu, je suis dans un de ces moods.
Back home, indélébile et aussi un peu débile smile.
J'me demande si le "King d'la patate" est encore ouvert, j'me clancherais bin un club.
Coup d'oeil sur la tite pancarte en poussant la porte de la roulotte, y ferment dans 20 minutes.
Généralement, c'est pas chanceux d'arriver comme ça à la dernière minute, tu risque la face de bouette,  la face de bouette deluxe.
Hypocrite je m'enquiers, "Z'êtes pas fermés toujours ?"
Non, non m'sieur me chantonne heuhh, bon j'ai pas catché son nom puisque le name tag,,,, enfin tu sais ousque ça se porte un name tag, bin je voulais pas passer pour un perv.

Ajouter à la liste: prendre rendez-vous avec l'Oeilliste.

Restons simple, pour les besoins de la cause, appelons la Marie, mettons.

Un club, pour sortir, s'il vous plait.

Marie lance à sa consoeur, "T'occuperais tu des frites
chérie"

Chérie, c't'ait pas un "chérie" genre lesbo ou quoi que ce soit, pas du tout, c't'ait  un "chérie" amical, enjoué, bon enfant.

Un chérie tout plein de bonne humeur, de sourire.

8,61$ s'il vous plait, m'sieur.

Je balance un 10$ sur le comptoir et dit "la balance est pour toi chérie" jouant le jeu, puis fouillant mes poches je renchéris de 2$.

Les filles se bidonnent de notre petite inside.

En saisissant mon club je réalise que la portion est généreuse, les jokes ??? le tip ???

En sortant je lance "bonne soirées mes p'tites chéries", tout le monde est de bonne humeur, moi inclus.

Je suis à environ 5 kilomètres de chez moi, la chaussée est un peu morveuse, t'sais un peu de neige, un peu d'eau, un peu de sel, poivre au gout.

On doit rouler un peu hors de la partie urbaine, je m'y dirige.

La Mazda est docile, bien chaussée, ça baigne.

Devant moi une petite américaine, je dirais Dodge ou Plumouth rouge vin.Ca sent les frites

Elle roule prudemment, très prudemment, en fait en ligne droite à 35 k/h, on approche d'un carrefour, je me dis, en fait j'espère qu'elle va bifurquer.

Einstein disait;

« Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité. »

Ça sent bon les frites dans l'auto, ça aiguise l'appétit, la bonne odeur de la bouffe, fût-elle malbouffe.

Ma Plymouth rouge vin me précède toujours, eh non elle n'a pas gauchit au carrefour, elle est toujours là.

Rêve-je, on dirait qu'on a ralenti,,, mais oui, on fait maintenant du 30,,,,,,je commence à me sentir contrarié, je m'assombris, je m'ennuage, j'ai le front chaud.

J'ai passé des milliers de fois sur cette portion de route et je suis absolument certain que la limite est de 70k/h, tend minute, oui, oui c'est bin ça, la pancarte me conforte, c'est bin ça 70k/m, vrai que l'éclairage te fait sentir en campagne genre, bin justement, en campagne sur les p'tites routes, bin ça roule 80, pas trente.

Respire man respire, deux kilomètres y a la bretelle, pis le 4 voies, si a vire à droite en sortant de la bretelle, j'la clanche,  ouais c'est ça j'la clanche, la kôlisss.

La bretelle, ahhhh la bretelle enfin, m'as tu te la clancher, attend qu'on sorte d'icitte ma tabarnak, tu m'verras pas passer, ouais cé ça tu vas te demander c'qui est en train de t'arriver.

Si c'était possible, a slaque pour pogner la bretelle, astie, tu roule 30 pis t'as besoin de slaquer, quelle sorte d'ostie de piochon chauffe de même.

Que je vas ty te clancher mon kôlisss, j'ai ty hate de pogner le 4 voies, 50 pieds, m'as ty sauter en avant calvaire.

Bin non phoque je vas pas sauter en avant, y a un camion citerne sur ma gauche, je dois attendre qu'y claire l'astie de Plymouth, après ça, ciboire je fonce.

Ça y est, c'est à moi, la voie est libre, je me tire à gauche, cependant pas question de clancher, le camion citerne remonte lentement la Plymouth, je dois le laisser terminer sa manoeuvre, encore de la patience baptême, ça sent de plus en plus les bonnes frites, incidemment je me demande si je vais manger chaud.

Bon ça y est c'est à moi, je remonte lentement, jette un coup d'oeil, distingue pas grand chose si ce n'est qu'un vieux monsieur est au volant, ça me déconcerte un peu, l'espace d'une seconde je revois mon père au volant, ma frustration se dissipe un peu, je complète la manoeuvre, pis là,,,,,,,,


,,,,,,,,,maudit ciboire de kôlisss de tanarback de Jésus-Christ de vieux sacrament,,,,,,,,,,,
YÉ SUÉ HAUTES,,,,,,,,,,,,,,

Yuan

mercredi 2 janvier 2013

Plénitude d'un 2 janvier,,,,,

La baywindow du salon est orientée plein sud.
Le froid au dehors est mordant, mais le soleil fait sa job avec vigueur.
Un puissant rayon cible mon vieux lazyboy.
Fais-toi une image mentale, un vieux lazyboy vert usé étendu au max,
dessus Yuan, par dessus Yuan un chat à fourrure incroyablement soyeuse,
qui ronronne comme un tracteur, qui se roule, qui s'étire, qui s'étend,
qui de sa tête pousse sur mon nez, sur mon front, mon menton, mon épaule.
On pense que quand les chats font ça, ils nous font des caresses.
En réalité ils nous imprègnent de leur odeur, en quelque sorte ils nous disent,
tu es à moi, tu es mon humain.




Donc le soleil,
le Yuan,
le fauteuil,
le chat.


Hmmmm, manque de quoi,,,,,

Ah oui, la musique.





Yuan